Festival
de l'Arpenteur

Théâtre pentu et parole avalancheuse depuis 1996

Commune des Adrets & Massif de Belledonne

Du 2 au 9 juillet 2022

Arts vivants, littératures, paroles scientifiques, arts visuels, rencontres insolites sur les pentes du massif de Belledonne (Isère) : voilà pour la charpente du festival de l’Arpenteur. Les artistes invités, reconnus ou encore en devenir, jouent le jeu d’une aventure atypique, sensible, humaine, sur scène et dans le jus joyeux de nos lieux de vie ou d’évasion : « bivouac », tablées pour des causeries bien arrosées, ou en marche vers les refuges et sur les crêtes…

Toute l'équipe du Festival s'engage à s'adapter au mieux aux conditions sanitaires en vigueur tout en préservant la convivialité qui lui est chère et mettra tout en place pour vous accueillir dans les meilleures conditions. Pour le moment, tout va bien.

billetterie

acheter vos places au bureau oblique

Nous ouvrirons la billetterie physique du festival à partir du mardi 7 juin 2022 de 13h30 à 17h30. Rendez-vous dans les bureaux de Scènes obliques, au 2ème étage de la Mairie des Adrets ! Règlement par chèque ou espèces.

Se retrouver

venir

EN VOITURE depuis Grenoble (20 min.) prendre A41 direction Chambéry, sortie 24.1 Villard-Bonnot

EN VOITURE depuis Chambéry (30 min.) prendre A41 direction Grenoble, sortie 23 Le Touvet

EN COVOITURAGE

www.rezopouce.fr / www.movoci.auvergnerhonealpes.fr

se restaurer

Le Bivouac

Espace convivial au coeur du festival, le Bivouac vous propose chaque jour une restauration maison, simple et soignée, un espace café-buvette, une librairie éphémère ainsi qu’une petite scène.

Ouvert tous les jours à partir de 17h30 et jusque dans la nuit !

SE LOGER

dormir dans la pente

Vous souhaitez profiter du festival plusieurs jours et dormir dans le paysage ? Trouvez l’écrin parfait pour vos nuits en cliquant sur l’un des liens ci-dessous :

Les Ramayes – Village vacances
Camping des 7 Laux
Office du tourisme des 7 Laux,
Refuges

découvrir

la presse en parle

Aux Adrets, des archipels à arpenter, Lettrés en pente douce, des paroles avalancheuses, (Dés) équilibres, Vertige des auteurs, … : retrouvez, pour découvrir le festival sous un autre jour, une sélection d’articles parus dans la presse nationale depuis les premières éditions !

«Scènes obliques éprouve la chance de la montagne comme terrain de jeu. Un écrin qui vaut pour ce qu’il est autant que par l’invitation qu’il formule à être dépassé. N’est-ce pas pour cette raison que l’on grimpe vers les crêtes et les sommets .»

Antoine Choplin

Directeur artistique du festival

Édition 2022

composer des mondes

« Composer les mondes », énonce l’anthropologue Philippe Descola, comme une invitation à inventer une autre manière d’être, en se libérant du face-à-face trop cartésien opposant le sujet pensant au réel qui l’environne. Cette pensée à la force de suggérer une relecture de ce qui nous lie à la nature, à l’aune d’une indispensable réunification du monde vivant. L’homme, au milieu et à égalité de tout ce qui palpite, s’insère dans cette trame. Et c’est par l’intensité de cette friction d’égal à égal et de cette rencontre que pourraient se redessiner, à sa conscience, les plus grands enjeux. Parmi eux, bien sûr, l’enjeu écologique.
En évoquant avec l’Arpenteur, à la suite de Descola, et plus modestement, l’utopie joyeuse de «composer des mondes », il s’agirait ici de faire éclore quelques lueurs nouvelles, voulues par l’entrelacs sensible d’une programmation, principalement artistique. Quelques lueurs, accompagnées de leurs corollaires : pénombres dissoutes, éclairements inattendus, «illuminations 

profanes » pour reprendre l’expression du philosophe Walter Benjamin. Car de cette grande marmite montagnarde, par ce vaste paysage habité soudain par la parole de l’artiste ou celle du scientifique, par ce temps de festival ouvrant à l’expérience collective autant qu’à l’exploration intime, de cet endroit singulier peut naître, nous le savons, un horizon neuf, insoupçonné. Un regard en regain d’acuité et qui nous met au spectacle de nous-mêmes, mettant ainsi à bas les frontières qui distinguent le spectateur de la représentation.

Depuis 30 ans, Scènes obliques éprouve la chance de la montagne comme terrain de jeu. Un écrin qui vaut pour ce qu’il est autant que par l’invitation qu’il formule à être dépassé. N’est-ce pas pour cette raison que l’on grimpe vers les crêtes et les sommets ? Pour découvrir ce qu’il y a au-delà ? Pour l’Arpenteur, quelle plus belle parabole ?

ANTOINE CHOPLIN

Directeur artistique

Depuis plus de 25 ans, l’Arpenteur se dédie, dans l’écrin singulier des montagnes du massif de Belledonne, au spectacle vivant et à la littérature avec quelques incursions dans des domaines connexes, notamment scientifiques. Il fait volontiers la place à des intervenants venus de l’étranger, avec le désir d’une ouverture aux cultures du monde. L’enjeu réaffirmé de ce temps fort est de poursuivre et enrichir la collecte de formes artistiques et sensibles, et de les mettre en scène en résonance avec le paysage pentu qui constitue son environnement. L’attention portée aux lieux d’accueil des artistes et de présentation des travaux – le plus souvent extérieurs et en prise avec le paysage-, suggère une véritable aventure pour le spectateur et s’inscrit dans un enjeu de mise en partage pour tous de la création, au sein d’un patrimoine naturel partagé.